BD – Chroniques Birmanes de Guy Delisle

le

Me revoilà encore avec une BD de Guy Delisle, je pense avoir enfin lu toutes ces « chroniques ». Ce tome-ci nous amène en Birmanie ou Myanmar, une des pires dictatures au monde.

Résumé :

Guy Delisle a suivi sa compagne durant 14 mois en Birmanie alors qu’elle y collaborait avec Médecins sans Frontières. Il raconte son expérience du pays, comment il a fini par apprivoiser son environnement, et petit à petit, comment il a découvert la réalité politique, sanitaire et sociale de ce pays dominé par une junte militaire, soutenue elle-même par de puissants groupes industriels.

Avis :

Cette fois-ci, Guy Delisle nous entraine en Birmanie, pays que je ne connais presque pas, si ce n’est à travers la résistante Aung San Suu Kii. Je découvre donc qu’au début des années 2000, la France et plusieurs grands pays ne reconnaissent pas le gouvernement de Birmanie, qui est une des pires dictatures au monde. D’ailleurs, le pays ne s’appelle plus Birmanie mais Myanmar. Dans ce tome nous allons découvrir le bouddhisme, les traditions des moines bouddhistes, la générosité des habitants envers eux, tout comme les abus qui peuvent en découler (faux moines, centre de bouddhisme pour tourisme). Mais aussi l’économie parallèle du pays, soumis à plusieurs embargos. Du coup, on découvre les magasins qui vendent sans complexe des logiciels et DVD pirates.
Guy Delisle suit donc sa femme en Birmanie. Elle travaille pour Médecin Sans Frontières (MSF). Dans Chroniques de Jérusalem, on avait déjà pu entrevoir une partie de son métier, mais j’ai trouvé qu’ici l’action que mène MSF et ses médecins est développée plus en profondeur. On voit directement les actions mises en place dans les dispensaires, et sur le terrain. Delisle explique aussi dans ce tome les difficultés que les ONG peuvent rencontrer sous une dictature. La paperasse administrative qui bloque toutes actions. L’impossibilité de rejoindre des zones très reculées et donc d’apporter des soins à des populations isolées. D’ailleurs, j’ai pu découvrir le drame qui se joue dans ce qu’on appelle le « Triangle d’or », lieu où est produit l’opium. Dans certains villages, on estime à 86% de la population qui s’injecte de l’opium au moins une fois par jour. Bref, on découvre l’envers du décor : drogues, prostitutions et les exactions commises par le régime.
La BD contient aussi des passages plus légers, nous racontant la vie quotidienne à Rangoon. Cela nous donne envie de voyager. D’ailleurs, les voyages que fait Guy Delisle avec sa femme sont toujours racontés sans texte. Ce sont juste des dessins, comme des cartes postales.

Si vous n’avez lu aucune BD de Delisle, je vous conseille Chroniques Birmanes ou Chroniques de Jerusalem, qui sont les plus abouties. Chroniques Birmanes reçoit un 17/20 bien mérité 🙂 

Couverture Chroniques birmanes

Chroniques birmanes de Guy Delisle – 2007 Editions Delcourt (Shampooing) – 262 pages

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s