Avis – Love Letters to the Dead de Ava Dellaira

Love Letters to the Dead / La Vie, la mort, l’amour de Ava Dellaira (2014) –  Editions Michel Lafon (Poche) – 318 pages.

Résumé :

Au commencement, c’était un simple devoir. Ecrire une lettre à un mort. Laurel a choisi Kurt Cobain, parce que sa grande soeur May l’adorait. Et qu’il est mort jeune, comme May. Très vite, le carnet de Laurel se remplit de lettres où elle dresse son propre portrait de lycéenne, celui de ses nouveaux amis, de son premier amour… Mais pour faire son deuil, Laurel devra se confronter au secret qui la tourmente, et faire face à ce qui s’est réellement passé, la nuit où May est décédée.

Il faut croire qu’un bon mal de dos permet de finir les choses inachevées. J’ai commencé « Love letters to the Dead », il y a maintenant plusieurs mois, mais une grosse panne de lecture m’a empêchée de continuer à le lire. De plus, le livre est vraiment moyen. J’en avais entendu tellement de bien, que j’en attendais peut-être beaucoup.

Honnêtement, le livre aurait pu être amputé de la moitié de son histoire. C’est l’histoire de Laurel, qui rentre en seconde dans un nouveau lycée. C’est un livre épistolaire, Laurel écrit à des personnes connues, et raconte sa vie. Si le premier quart du bouquin est sympa, car on apprend à connaitre Laurel, sa sœur décédée May, sa famille qui a explosé, ses nouvelles copines, etc., etc. La première partie est attachante, on découvre cette jeune fille un peu pommée, seule dans ce nouveau lycée, qui apprend petit à petit à se faire des copines. Les personnages ont une personnalité plutôt attachante, même si trop caricaturale par moment. Le livre décrit un certain idéal de l’adolescente américaine qui rejette le monde, car il n’est pas assez bien pour lui (ou ne le comprends pas au choix).

Malheureusement, ces aspects caricaturaux qui dans le premier quart sont acceptables deviennent insupportables dans le deuxième et troisième quart. C’est d’un ennui sévère. Grosso modo, c’est la même chose, mais dans différentes situations (Laurel a crush, Laurel découvre de nouveaux amis, Laurel se rend à des fêtes, bla-bla). Bref, c’est répétitif et peu intéressant quand on a dépassé 15 ans. On arrive alors dans les situations les plus clichées, que l’auteur aurait pu imaginer. Oui, ce sont des situations que les adolescents vivent, mais la façon dont elles sont mises en scène est vraiment mal amenée. Il faut vraiment attendre la fin pour que toutes les intrigues développées se concluent. Car en plus de l’histoire de Laurel, l’auteur se sent obligé de créer des sous-intrigues. Elles sont très très nombreuses, puisque chaque personnage à la sienne. Ainsi, on passe un temps fou à aller de personnage en personnage pour faire avancer son intrigue. Mais tout cela est beaucoup trop lent et peu intéressant.

La seule chose qui m’a fait tenir, c’est l’histoire de la sœur de Laurel : May. L’histoire de May est un fil rouge dans les lettres de Laurel, on sent que derrière la sœur parfaite, il y a quelque chose de noir, de glauque. C’est plutôt bien amené, malheureusement, cette intrigue est noyée sous la multitude d’histoire qu’a  créé l’auteur. Il faut donc arriver au dernier quart, pour avoir la révélation. Cet événement remet en perspective les personnages, et surtout redonne de la consistance à Laurel, on comprend alors mieux certaines de ses réactions, de ses peurs. De plus, l’auteur se reconcentre enfin sur son personnage principal. On comprend le personnage de May aussi. J’ai été très triste pour May et sa sœur Laurel, leur relation qui semblait si forte est en faite un immense gâchis. On a de la peine pour elles deux, mais je comprenais très bien les sentiments de Laurel, un peu moins ceux de May, car une grande partie de son histoire reste inconnue. Dommage !

Le dernier quart, même s’il a quelques longueurs reste un très bon moment, bien écrit. La conclusion des (trop) nombreuses intrigues prend trop de temps, mais se fait bien. Je regrette un côté un peu trop happy ending. Il faut attendre les dernières pages pour retrouver les bons moments du début. J’ai versé ma petite larme à la fin, du coup je conclue ce livre sur une bonne note, mais la lourdeur des intrigues secondaires font baisser la note : 10/20

Publicités

Un commentaire Ajoutez le vôtre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s