Critiques multiples de Comics #4

Batman : Un deuil dans la famille (Urban) de Jim Starlin et Marv Wolfman (2013)

Afficher l'image d'origine

Résumé :

Jason Todd, le deuxième Robin, retrouve la trace de sa mère, disparue depuis des années. Mais, au tournant, l’attend également le Joker, le pire ennemi de Batman… Le Chevalier Noir va connaître l’une des heures les plus tragiques de sa carrière. Un Batman peut-il poursuivre sa lutte sans un Robin à ses côtés ?

DF1

Avis :

J’avais déjà expliqué dans l’article consacré à Robin, année 1, pourquoi je n’aimais pas les enfants en tant que Sidekicks. Encore plus dans Batman. Dans ce tome, fondateur dans la mythologie de Batman, on va assister à la mort du second Robin, Jason Todd. À la fin des années 80, la maison DC est consciente de l’impopularité de Jason Todd, alias Robin. Le personnage est-il trop calqué sur Dick Grayson, premier Robin ? Personnellement, je trouve juste Jason Todd immature et pénible. Surement, trop vieux pour le rôle (son dessin ne fait absolument pas adolescent, mais, plutôt jeune adulte dans un costume ridicule). DC Comics décide de proposer aux lecteurs de décider du sort de l’histoire en votant par téléphone. Les lecteurs choisiront la mort de Jason Todd à une courte majorité (environ 10 000 votants).
Le comics date des années 80, et le dessin trahit son âge. Je n’aime pas du tout le style graphique de l’époque. De plus, les ficelles de l’histoire sont très grosses, le scénario n’est absolument pas inventif, les twists sont courus d’avance et le personnage de Robin est horripilant. C’est dommage, car cet épisode est censé être un des moments importants dans la vie de Batman.
Bref, à lire juste pour connaitre ce comics important auquel on fait souvent référence (et seulement depuis Silence où Jason Todd ressuscite, mais il ne mérite pas du tout sa réputation à mon avis.

Justice League (Renaissance), tome 2 : L’odyssée du mal de Geoff Johns et Jim Lee (2013)

Afficher l'image d'origine

Résumé :

L’association des forces de Superman, Aquaman, Wonder Woman, Green Lantern, Flash, Cyborg et Batman a permis il y a cinq années de vaincre Darkseid et ses sbires. Cette Ligue de Justice est soutenue par toute la population et bénéficie de l’aide de Steve Trevor, un agent de liaison entre l’équipe et le gouvernement qui a eu une brève aventure avec Diana. Durant des mois, ils ont affronté moult adversaires et ont même essayé d’intégrer de nouveaux membres comme le Limier Martien qui s’est avéré être un traitre. Aujourd’hui, un nouveau postulant tente à son tour d’intégrer la Ligue. Il s’agit de Green Arrow dont les talents d’archer ne plaisent guère aux membres de la Justice League. David Graves est un romancier célèbre qui a survécu lors des catastrophes générées par Darkseid. Depuis il a écrit un véritable best-seller où il vante les mérites des super héros. Pourtant, cela fait quelques mois que des rumeurs fleurissent à son encontre. Sa femme et ses enfants sont morts et lui est rongé par une grave maladie. Or, il semble à présent en vouloir à ceux qui l’ont autrefois sauvé …

Afficher l'image d'origine

Avis :

Honnêtement ce n’est pas un très bon tome pour la Justice League. Il faut en général trois ingrédients pour que ça marche :

De l’action épique (une équipe de super héros doit bien avoir un méchant à sa hauteur). Ici ce n’est pas le cas. Le méchant pourrait être battu par n’importe lequel de membre de l’équipe dans une histoire solo.

Deuxièmement, il faut un méchant assez charismatique pour s’affirmer face à tous ces superhéros. Là aussi, raté, David Graves est un simple écrivain qui a perdu sa famille, même avec des pouvoirs magiques, il ne fait pas très peur.

Le troisième point, c’est les relations entre les membres de l’équipe. La Justice League, comme les Avengers, c’est une famille, qui se dispute parfois violemment, mais qui toujours se retrouve et se réconcilie. C’est le seul point plutôt bien fait dans cette histoire, on voit la naissance de la relation entre Superman et Wonder Woman. Le traitement fait à Steve Trevor, et la discorde qui règne dans l’équipe. Mais, ce n’est pas encore assez abouti, on a plus des allusions que de vrais dialogues.

Cela reste une histoire sympathique, qui s’améliore par rapport au premier tome, mais qui n’est pas encore aboutie.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s