Manga : A Silent Voice de Yoshitoki Oima (2015)

Afficher l'image d'origine

Résumé :

Shoko Nishimiya est sourde depuis sa naissance. Même équipée d’un appareil auditif, elle peine à saisir les conversations, à comprendre ce qui se passe autour d’elle. Effrayé par ce handicap, son père a fini par l’abandonner, laissant sa mère l’élever seule. Quand Shoko est transférée dans une nouvelle école, elle s’emploie à surmonter ses difficultés mais, malgré ses efforts pour s’intégrer dans ce nouvel environnement, rien n’y fait : les persécutions se multiplient, menées par Shoya Ishida, le leader de la classe. Tour à tour intrigué, fasciné, puis finalement exaspéré par cette jeune fille qui ne sait pas communiquer avec sa voix, Shoya décide de consacrer toute son énergie à lui rendre la vie impossible. Psychologiques puis physiques, les agressions du jeune garçon se font de plus en plus violentes… jusqu’au jour où la brimade de trop provoque une plainte de la famille de Shoko, ainsi que l’intervention du directeur de l’école. À cet instant, tout bascule pour Shoya : ses camarades, qui jusque-là ne manquaient pas eux non plus une occasion de tourmenter la jeune fille, vont se retourner contre lui et le désigner comme seul responsable…

Avis :

Afficher l'image d'origine

Une histoire tendre et bouleversante à la fois, avec des personnages extrêmement attachants. La série contient 7 tomes qui m’ont fait passer un très bon moment. L’auteur traite du harcèlement scolaire, un phénomène très important au Japon, mais aussi en France. On suit l’histoire à travers Shoya, qui harcèle Shoko, petite fille sourde. Lorsque les maitres commencent à prendre le sujet au sérieux, et à accuser Shoya, ce dernier se défend en expliquant que toute la classe est responsable. C’est alors l’histoire de l’arroseur arrosé, Shoya est lâché par la classe et devient victime de harcèlement. Personne ne se soucie de son mal-être qui continue de l’école primaire jusqu’au lycée. On voit les professeurs peu impliqués, considérant ça comme presque normal. Shoko est victime de harcèlement, car elle est sourde et vue comme un poids pour la classe (et par extension la société, car si j’ai bien appris quelque chose en étant dans le monde de l’éducation, c’est qu’une classe/école est une microsociété).

Afficher l'image d'origine

Shoya est donc lycéen quand l’histoire démarre, il veut se suicider, car il se considère comme un monstre pour ce qu’il a fait à Shoko quand il était jeune. Shoya est devenue un jeune homme replié sur lui-même alors que, plus jeune, il était plus un leader et avait beaucoup d’amis. Au lycée, il ne parle pas à ses camarades, qu’il considère comme inutiles. D’ailleurs, ils sont représentés avec une croix sur leur visage. Il recherche alors Shoko pour s’excuser puis pour se suicider ensuite. Mais rien ne va se passer comme il le souhaiterait. Pour faire plaisir à Shoko, il va chercher la seule personne qui dans la classe l’avait accepté : Sahara. Petit à petit, Shoya va se retrouver entouré de ses anciens camarades de classe et apprendre à s’accepter, à s’ouvrir aux autres.

Afficher l'image d'origine

Ce qui est intéressant dans ce manga, c’est qu’on s’intéresse surtout à l’après-harcèlement. Souvent, les livres ou les mangas parlant de ce sujet s’arrêtent au moment dramatique. On ne s’intéresse que peu aux conséquences : on découvre dans cette histoire que ce n’est pas l’acharnement et la méchanceté des autres qui compte, mais plutôt apprendre à pardonner à l’autre, mais aussi à soit, et surtout apprendre à avancer dans la vie après. Apprendre à se reconstruire que ce soit pour le harceleur ou le harcelé. Il y a ceux qui se défendent d’avoir participé et se mentent tellement à eux-mêmes qu’ils y croient. C’est le cas de Kawaii, personnage que j’ai trouvé insupportable tout du long. Kawaii est insupportable, car elle est réaliste, tout comme les anciens amis de Shoya qui répandent des rumeurs sur lui et l’isolent de tous ses camarades.

Afficher l'image d'origine

C’est un très bon manga, qui m’a rappelé de mauvais souvenirs de mon adolescence, mais qui reste très réaliste, j’ai beaucoup apprécié ma lecture et je le recommande à tout le monde. Ce n’est que 7 petits tomes.

Publicités

Un commentaire Ajoutez le vôtre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s