Avis – Everything, Everything Nicola Yoon (2016)

Résumé :

Ma maladie est aussi rare que célèbre, mais vous la connaissez sans doute sous le nom de « maladie de l’enfant-bulle ». En gros, je suis allergique au monde. Je viens d’avoir dix-huit ans, et je n’ai jamais mis un pied dehors. Un jour, un camion de déménagement arrive. Je regarde par la fenêtre et je le vois. Le fils des nouveaux voisins est grand, mince et habillé tout en noir. Il remarque que je l’observe, et nos yeux se croisent pour la première fois. Dans la vie, on ne peut pas tout prévoir, mais on peut prévoir certaines choses. Par exemple, je vais certainement tomber amoureuse de lui. Et ce sera certainement un désastre.

Avis :

Everything, everything, est un livre dont j’entends parler depuis sa sortie. Il a de très bonnes critiques et je l’ai acheté à sa sortie, mais je ne l’ai lu que récemment. C’est la sortie du film aux USA prochainement qui m’a donné vraiment envie de lire le livre. Il est assez court, l’écriture est fluide, on ne voit pas les pages passer.
Le roman parle du Déficit immunitaire combiné sévère (DICS), la maladie de l’enfant-bulle. Madeline, l’héroïne est incapable de sortir de chez elle. Sa vie est donc une succession de jour enfermé chez elle. Les jours se ressemblent pour Maddie. Elle lit, suit des cours en ligne, entretient des amitiés en ligne, et surtout reste avec son infirmière, Clara, et sa mère, seul lien avec l’extérieur. Elles comparent ses journées à un palindrome, ces mots ou ces phrases que l’on peut lire de droite à gauche ou de gauche à droite, comme Anna ou la mariée ira mal. Une famille vient emménager en face de chez elle. Olly, jeune homme toujours vêtu de noir, devient son obsession. Une relation va se nouer entre eux, jusqu’à la révélation finale. Maddie et Olly sont au cœur de secrets qui vont changer leur regard sur le monde.

L’histoire est touchante, même si l’histoire d’amour est clichée. Je n’avais pas vu venir le twist de fin concernant Maddie, d’ailleurs j’ai cru basculer dans un thriller un peu glauque au début, mais finalement non. La fin est agréable et pleine d’espoir, même si avec le recul, tout cela est un peu facile. Pour un premier livre, Nicola Yoon a vraiment réussi. Elle a une plume agréable, son mari a parsemé le livre de petits dessins amusants. J’ai passé un bon moment et j’espère voir le film quand il sortira. Par contre, on est dans de la littérature jeunesse et il faut être honnête, les personnages restent plats et se ressemblent beaucoup. Ce livre est une variante de Nos étoiles contraires de John Green.

Publicités

Un commentaire Ajoutez le vôtre

  1. leslecturesdinstacitatioons dit :

    J’avais beaucoup aimé ce livre je m’attendais tellement pas à cette fin et j’ai adoré le côté illustration

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s