Le passeur de Lois Lowry (1993)

Résumé :

Le monde dans lequel vit Jonas est bien éloigné du nôtre : une société où la notion d’individu n’existe pas. Plus surprenant encore : ses membres ne ressentent rien. Ni amour ni haine viennent bousculer leur quotidien. Les gens ne meurent pas non plus. Ils sont « élargis ». Tout comme le héros de cette histoire – un garçon de douze ans – le jeune lecteur brûlera de savoir ce qui se cache derrière ce terme si obscur.

Résultat de recherche d'images pour "le passeur lois lowry"

Avis :

L’histoire du Passeur est celle d’une société parfaite. Jonas vit dans un monde où la violence, la mort, les sentiments n’existent pas. Elle a ses règles que l’on apprend à l’école, ses rituels (parler de ses sentiments à la fin du repas…). C’est au fur et à mesure de la lecture que l’on comprend où sont les faiblesses de cette société idyllique. La manipulation que l’on fait vivre au citoyen. Ne connaissant pas le concept de la mort, ils n’ont aucun état d’âme à euthanasier les vieillards et les nourrissons. Lois Lowry a adapté pour la jeunesse, Le meilleur des mondes d’Aldous Huxley. Lowry en a fait un livre jeunesse remarquable, qui permet aux enfants de réfléchir sur le monde et de comprendre en quoi la liberté d’expression, la connaissance de son passé, les sentiments, la mort et la justice sont des concepts importants dans une société. C’est ce qui nous permet de grandir et de nous améliorer pour trouver des solutions.

Il est intéressant de voir comment une fois les sentiments enlevés aux citoyens, ils ne désirent pas se rebeller contre le système. N’ayant jamais connu la joie, la peur, l’amour… ils ne peuvent pas comprendre ce qu’ils ont perdu.

C’est un livre peu original si on connait les classiques de la science-fiction telle, que 1984, et Le meilleur des mondes. Ainsi l’auteur nous montre qu’un monde sans sentiments et trop normé n’est surement pas une bonne idée. Le livre est bien construit, se lit très vite (l’école des loisirs et ses marges de 5cm !). C’est une dystopie jeunesse, pleine de poésie. Le livre possède une fin abrupte et ouverte, mais qui s’explique par les tomes suivants. Le film adapté du livre est vraiment bien fait et fidèle à l’esprit du roman.

Publicités

Un commentaire Ajoutez le vôtre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s