Critique de comics miltiple #7

Superman, tome 5 : Brainiac de Geoff Johns, Gary Frank et Jesus Merino (2014)

Résumé :

Il y a des années, sur Krypton, Brainiac déroba la ville de Kandor, conservant ses habitants dans un sommeil catatonique. Aujourd’hui, il revient sur Terre pour faire subir le même sort à Metropolis. Comment Superman et sa cousine, Supergirl, parviendront-ils à le repousser ?

Avis :

Ce tome 5 commence par un interlude sur Toy Man, ennemis de Batman, mais être poursuivi par une chauve-souris n’intéresse pas notre Vilain. Lui, il rêve d’être arrêté par Superman. C’est court et agréable, on découvre l’histoire de ce personnage un peu plus en profondeur. Toy Man remit en prison, on s’attaque à Brainiac, qui recherche toujours Superman. L’histoire est plutôt simple, mais on en apprend plus sur SuperGirl (pitié, donnez-lui à manger, on voit ses côtes !!). Brainiac, c’est l’ennemi des civilisations, celui qui collectionne des cités en les mettant en bouteilles. Il y a de la grosse bagarre, mais aussi des passages très tendres. Seul problème, le personnage de Cat Grant (journaliste travaillant au Daily Planet), qui est d’une vulgarité sans nom. La faute autant au dessinateur qui pense que toutes les femmes sont des poupées gonflables, qu’au scénariste qui justifie le comportement de Cat de façon très molle.
Le dessin est plutôt bon, seul bémol, les hommes sont un peu trop carré/viril et les femmes un peu trop en forme.

Green Lantern / Green Arrow de Dennis O’Neil, Elliot Maggin et Neal Adams

Résumé :

Tandis qu’Hal Jordan se charge de protéger l’univers à l’aide de son anneau de Green Lantern, sur Terre, Oliver Queen s’occupe des malfrats de Star City sous le masque de l’archer Green Arrow. Toutefois, les deux justiciers d’émeraude font parfois équipe ! Imaginées par Denis O’NEIL et illustrées par le tandem Neal ADAMS/Dan ADKINS, ces aventures qui bouleversèrent l’industrie du comics par leur approche réaliste des problématiques propres aux années 70 (crise, drogue, crime, écologie, etc.), signèrent une nouvelle étape dans l’évolution du médium.

Avis :

Personnellement, le road-trip entre Green Lantern et Green Arrow m’a un peu soulée. C’est un comic des années 70. Le scénario était surement à l’époque très novateur, les problèmes soulevés sont pour une partie toujours d’actualité. Malheureusement, je trouve que le tout a très mal vieilli. Les dialogues sont caricaturaux, même si on sent une recherche de réalisme, une envie de dénoncer les travers de la société américaine, le public actuel, aura, je pense, du mal à y adhérer. De plus, l’histoire est très moralisatrice et rien que ça, c’est rebutant.

La Balade de Lobo de Keith Giffen, Alan Grant, Simon Bisley et Chiristian Alamy (2008)

Résumé :

Dernier survivant de la race des Czarniens, le chasseur de primes le plus déjanté de la galaxie poursuit sa route à travers l’espace entre contrats juteux et la sauvegarde de ses amis, les dauphins. Reste que la mission de protection rapprochée récemment confiée au Mec Plus Ultra risque bien de lui faire regretter son choix de carrière…

Avis :

C’est un des rares comics que j’étais prête à abandonner. C’est bête et violent, je n’ai pas adhéré au second degré que l’on trouve dans tout le livre. Lobo se veut une caricature des superhéros, grossière. Lobo est un vilain par essence (il a tué son peuple), mais il a fait une promesse au grand patron de la police intergalactique qu’il serait sage. Bref, ce n’était pas génial…

Les Patients d’Arkham de Dan Slott et Ryan Sook (2014)

Résumé :

Après avoir plaidé la folie pour échapper aux accusations d’escroquerie financière, Warren White, surnommé « le Requin Blanc », est condamné à purger sa peine entre les murs capitonnés de l’Asile d’Arkham. Alors qu’il fait ses premiers pas dans les couloirs de l’institut, White commence à comprendre la signification du sourire de ce juge malicieux qui accepta trop facilement son alibi de troubles mentaux. Que faire lorsque vos compagnons de cellule se nomment Killer Croc, Poison Ivy ou Humpty Dumpty ?

Avis :

J’ai bien aimé ce tome des aventures de Batman, surtout parce qu’on ne voit pas Batman. Ce sont les patients d’Arkham, les personnages principaux. Cela commence comme une banale histoire de prison. Un criminel en col blanc se fait incarcérer à Belle Rêve, la prison de Gotham City. On le suit dans ses mésaventures, où l’on rencontre les grands méchants de l’univers Batman, mais aussi ceux qui ont moins d’importance, tel que Humpty Dumpty (que je trouve au final très touchant, ce pauvre type est poursuivi par la poisse, et surement retardé mentale), Jane Doe ou Killer Croc…

Si tout cela commence comme une histoire très réaliste, cela finit sur une note de fantastique, qui est un peu moins bonne que le reste de la BD. Les dessins sont très agréables à regarder, fluides et on comprend bien tout ce qui se passe.

Justice League (Renaissance), tome 03 : Le Trône d’Atlantide de Geoff Johns, Ivan Reis, Paul Pelletier et Tony S. Daniel (2014)

Résumé :

Frappé par un missile de la marine américaine, le Royaume d’Atlantis, dirigé par le frère d’Aquaman, décide d’attaquer la côte est des États-Unis en guise de représailles. Boston, Metropolis, Gotham City, aucune ville n’est épargnée. Les héros de la Justice League se réunissent alors pour tenter d’empêcher la destruction totale du monde, mais réalisent bien vite leur impuissance face à l’armée atlante.

Avis:

Enfin, il se passe quelque chose dans la Justice League et surtout ça se passe enfin près de l’Atlantide. On suit le tiraillement d’Aquaman qui doit se décider entre son royaume et la Justice League, le scénario est plutôt bien fait, c’est intéressant et les dessins sont époustouflants, ce qui est appréciable. Je pense m’intéresser de plus en plus à Aquaman et à ses aventures prochainement. Mais aussi lire la suite des aventures de la JL.

Nightwing (Renaissance), tome 2 : La République de demain de Kyle Higgins, Tom De Falco et Collectif (2013)

Résumé :

L’avenir de la Cour des Hiboux repose sur Nightwing ! Où son destin le mènera t-il? Une nouvelle super-héroine fait son apparition, poussant Dick Grayson dans ses derniers retranchements.

Avis :

Décidément, je n’aime toujours pas Batman, mais j’aime beaucoup ses acolytes. Nightwing en particulier. Ici, on suit les conséquences de la cour des hiboux et du premier tome de Nightwing. Le dessin est agréable, tout comme l’histoire. On continue d’explorer les sentiments de Dick, c’est agréable de voir enfin un personnage avec une certaine psychologie.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s