Avis – Le complexe du papillon d’Annelise Heurtier (2016)

le

Le complexe du papillon de Annelise Heurtier (2016)

Résumé :

Qu’est-ce qui fait qu’une adolescente sportive, a priori bien dans sa peau, va basculer dans l’anorexie ? Il peut y avoir mille déclencheurs : la mort d’une grand-mère adorée, la réserve d’une mère, le regard des autres, ou de soi-même sur son propre corps, la naissance du désir, de l’amour, le dictat de la mode, des sites internet… Petit à petit, Mathilde va tomber puis s’enfermer dans sa maladie… Démunie, son amie Louison refuse de la voir se détruire. Mathilde devra trouver en elle la solution pour résister et s’en sortir.

Avis :

Je n’avais jusqu’à présent lu que Refuge(s) d’Annelise Heurtier. J’avais été conquis par sa plume et son histoire, bien que simple, m’avait profondément touchée. Le complexe du papillon décrit l’histoire d’une jeune adolescente qui devient petit à petit anorexique. Un thème, qui prend de l’importance dans les productions destinées à la jeunesse, car c’est devenu un sujet préoccupant quand on voit le nombre de jeunes gens tombant dans l’anorexie. Ce livre est très complémentaire au film To the bone, que j’ai vu récemment, car si Ellen cherche à se soigner. Annelise Heurtier ne traite pas dans son roman de la guérison, mais plutôt du glissement vers cette maladie, qui est très bien décrite. On voit Mathilde, jeune fille sportive, qui certes traverse des difficultés (perte d’un être cher, communication difficile avec sa famille, regard des autres…), mais ce n’est pas insurmontable pour une adolescente entourée comme Mathilde.

On découvre petit à petit la descente aux enfers de l’héroïne, et l’auteur fait mouche en parlant de certains sujets: le regard des autres sur notre propre corps, nos envies d’être parfaite, les régimes, l’absence de recul qu’ont les adolescents (et les adultes ! ) sur internet et ses informations. J’ai été prise par les pages de ce petit livre, mais j’ai souffert pour Mathilde. La voir s’éloigner de sa meilleure amie Louison, son enfermement, son mal-être et sa propension à se dévaloriser tout le temps. L’auteur décrit bien le ressentit de Mathilde, elle ne se sent pas en souffrance, alors que le lecteur lui est effaré.

Un livre jeunesse court qui parle d’un sujet encore difficilement abordé auprès des jeunes. L’écriture d’Annelise Heurtier est fluide, agréable à lire. Le roman invite surtout à la réflexion plus qu’à la mise en garde. Il ne traite pas du combat contre l’anorexie mentale, mais plutôt comment des personnes peuvent se mettre des œillères et ne plus arriver à mettre de limites.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s