Avis coup de coeur – Le joueur d’échec de David Sala

Le joueur d’échec de David Sala

https://www.bdgest.com/rotator/images/2276_rot_preview.jpg

Résumé :

Mirko Czentović est champion d’échecs. À bord d’un navire partant de New York à destination de l’Argentine, il accepte, à contrecœur, d’affronter un riche passager, puis tout un groupe d’hommes. Parmi ceux-ci, Monsieur B, avocat, se révèle particulièrement doué. Il affirme pourtant ne pas avoir touché à ce jeu depuis 25 ans. Comment diable fait-il pour tenir tête au maître? Lorsqu’il raconte son histoire, le narrateur découvre que cette distraction lui a sauvé la vie, avant de pratiquement la détruire.

https://i1.wp.com/medias.comixtrip.fr/wp-content/uploads/2017/10/salaLejoueurdechecs-13-1200x675.jpg

 

Avis :

https://i2.wp.com/www.labandedu9.fr/images/utilisateur/242/upload/images/IMG_0002(7).jpgLe joueur d’échecs est une nouvelle que j’avais lu il y a longtemps et qui m’avait fortement marqué à l’époque même si j’étais alors trop jeune pour comprendre tous les références que l’auteur faisait à la Seconde Guerre Mondiale ou à sa propre histoire. L’auteur autrichien a fui son pays natal au moment de l’émergence du nazisme, d’abord en Angleterre, puis aux USA et enfin en Argentine. En connaissant le parcours de l’auteur, on comprend la place particulière du Joueur d’Échecs pour Zweig. D’ailleurs, l’histoire se passe sur un navire entre New York et Buenos Aires, où une sorte de huis clos se déroule. Une véritable guerre entre deux champions d’échecs, dans un espace délimité géographiquement. En suivant le narrateur, on va chercher avec lui à percer la mystérieuse histoire de M. B.

Résultat de recherche d'images pour "david sala le joueur d'echec"Les personnages de l’histoire sont des métaphores de la  seconde Guerre Mondiale, le champion d’échecs, Czentovic, est décrit comme un rustre, inculte et avide. A l’opposé M. B qui est décrit comme un homme discret, cultivé et recherchant la tranquillité. Ils sont en opposition comme le sont les couleurs des pièces d’échec, comme l’était symboliquement l’Allemagne et une partie de l’Europe. Le paquebot est lui aussi un symbole, celui de l’isolement qui renvoie à la chambre/cellule de Mr. B en Autriche, ou au plateau des échecs.

Finalement au regard de Zweig, la Seconde Guerre Mondiale apparaissait comme l’affrontement entre un camp de barbare sans humanité et un camp recherchant la paix et la tranquillité. Il a ainsi retranscrit son regard de la Seconde Guerre Mondiale, un drame qui l’a intimement touché à travers cette nouvelle.

https://www.actualitte.com/images/carousel/jpg-2017-09-22-a-19-57-44-59c54f77440cd.jpgDavid Sala, l’auteur de la BD qui nous occupe (parce que je digresse, mais c’est bien de la BD dont on parle aujourd’hui^_^) a réussi à retranscrire tout cela. Il a su mettre en avant les éléments forts du récit de la nouvelle, les différentes parties d’échecs sur le paquebot mais aussi la captivité de M.B. Une captivité terrible, car il n’y a aucune violence physique, il est juste enfermé dans une pièce sans voir le jour, où on l’interroge jour après jour en lui posant les mêmes questions. M.B expérimente une forme de torture psychologique, qui va le rendre fou.

Que dire des dessins, qui sont justes sublimes. Ils sont faits à l’aquarelle et font très fortement penser à des œuvres du peintre Klimt, notamment dans la raideur des personnages ou dans les motifs fleuris sur les habits à l’inspiration art déco.

 

 

 

2 commentaires Ajoutez le vôtre

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s